Aside

Apprendre est l’essence de la vie (Krishnamurti)

4ème de couverture

De 1978 à 1983, Krishnamurti a adressé des lettres aux écoles qu’il a fondées en Inde, aux États-Unis et au Canada. Rassemblées ici dans leur intégralité, augmentées de dix-sept missives inédites rédigées entre 1968 et 1973, elles s’appuient sur la volonté qu’élèves et enseignants apprennent ensemble, aussi bien sur le monde que sur eux-mêmes.
Au fil de ces lettres apparaissent les principaux fondements de sa philosophie : aider l’élève à éveiller son intelligence et à établir avec l’enseignant une relation juste, ne pas penser en termes de compétition, tout en excellent dans ses études et sa vie quotidienne; comprendre la signification du mot “responsabilité”; savoir, enfin, “observer sans l’observateur”, vrai sens de toute la connaissance…
À l’heure du débat sur les méthodes d’enseignement, l’approche humaniste de Krishnamurti ouvre des pistes nouvelles.

jiddukrishnamurtibookLes chapitres :

Préface
Avertissement
Introduction
Avant-propos

  1. Une éducation totale
  2. La bonté
  3. Le loisir
  4. La peur
  5. Le savoir
  6. La responsabilité
  7. Apprendre
  8. Un changement radical
  9. La diligence
  10. La sécurité
  11. La compassion
  12. Les blessures psychologiques
  13. L’habitude
  14. La beauté
  15. La capacité
  16. Vision pénétrante et honnêteté
  17. Le désir et le désordre
  18. L’intégrité
  19. Les problèmes
  20. La position sociale
  21. La sensibilité
  22. L’égocentrisme
  23. L’art de vivre
  24. Les mots
  25. L’intellect
  26. La violence
  27. Les valeurs
  28. Les centres d’étude
  29. La survie de l’humanité
  30. La coopération
  31. L’intelligence
  32. Le mouvement de la pensée
  33. Connais-toi toi-même
  34. L’affection
  35. Regarder les faits
  36. Récompense et punition
  37. La communication
  38. S’éduquer soi-même
  39. L’efficacité
  40. Réfléchir ensemble
  41. L’attention
  42. La famille et la société
  43. L’immensité de la vie
  44. Prendre conscience
  45. L’enseignant
  46. La vulnérabilité
  47. L’intention
  48. L’engagement
  49. La vision
  50. Le choix
  51. Les limites du savoir
  52. L’humilité
  53. La médiocrité
  54. L’harmonie avec la nature
  55. L’essentiel est d’apprendre
  56. La tradition
  57. La culture
  58. L’obéissance
  59. Le conflit
  60. Travailler ensemble
  61. L’ordre
  62. La morale
  63. L’action
  64. Les préjugés
  65. Une autre éducation
  66. La liberté fondamentale
  67. La relation
  68. L’autorité
  69. La coercition
  70. La discipline
  71. Une vie saine
  72. L’ordre et la liberté

Quelques extraits que j’aime bien et que je partage avec vous afin de vous donner envie de lire ce livre qui contient une vision de l’éducation très humaniste.

Chapitre 3 – Le loisir
Une école est un lieu de loisir où l’enseignant et l’enseigné apprennent tous les deux. Telle est la caractéristique essentielle de l’école, apprendre.»

Chapitre 4 – La peur
L’éducateur ne doit pas éveiller la peur chez l’élève. Ce n’est pas là un concept car l’éducateur lui-même comprend, et pas seulement intellectuellement, que la peur, sous toutes ses formes, rend l’esprit infirme, entraîne la destruction de la sensibilité et un rétrécissement des sens.»

Chapitre 7 – Apprendre
L’école est un lieu où l’on apprend et pas simplement un lieu où l’on amasse des connaissances. Cela, il est vraiment important de le comprendre.»

Chapitre 10 – La sécurité
Après tout, une école est un endroit où l’élève est d’abord heureux, où il n’est pas brimé, où il n’a pas peur des examens et où il n’est pas forcé d’agir selon un modèle ou un système. C’est un endroit où l’on enseigne l’art d’apprendre. Si l’élève n’est pas heureux, il est incapable d’apprendre cet art.»

Chapitre 11 – La comparaison
Instruire, attirer l’attention sur un point, informer, sans l’influence corruptrice de l’autorité, telle est la fonction d’un véritable éducateur.»

Chapitre 13 – L’habitude
Dans une école l’enseignant est la personne la plus importante car c’est de lui ou d’elle que dépend le bien futur de l’humanité.»

Chapitre 17 – Le désir et le désordre
Quand on quitte l’école, on cesse d’apprendre et on continue de vivre sur son savoir acquis. Jamais nous ne pensons que toute la vie consiste à apprendre.»

=> Acheter “Apprendre est l’essence de la vie” de Jiddu Krishnamurti pour 7,10 euros.

Advertisements
Video

Jiddu Krishnamurti : la fonction de l’éducation

Jiddu Krishnamurti est un philosophe, essayiste et pédagogue indien né en 1895 et mort en 1986. Surnommé “L’instructeur du monde”, il a fondé plusieurs écoles en Inde ainsi qu’aux États-Unis.
Pour Krishnamurti, le but de l’éducation n’est pas de passer des diplômes afin de pouvoir s’insérer dans la société actuelle en devenant un bon citoyen, mais plutôt de devenir un être libre capable de créer un “monde neuf”.
L’Éducation doit être bien plus centrée sur la connaissance de soi, car de cette connaissance naîtra notre libération et notre détachement face aux dogmes et aux idéologies auxquels nous nous soumettons aveuglément.
Ainsi, l’éducation est la clé qui nous permettra de comprendre la vie en faisant de nous des êtres anticonformistes et curieux de trouver “la vérité intérieure” propre à chacun.

La peur (de l’échec, du jugement…) doit également disparaître, elle ne fait que détruire la pensée humaine, les rapports humains et l’amour. C’est souvent de l’ambition que naît la peur, or l’ambition est à distinguer de la vocation. La première entraîne la soif de pouvoir et la compétition tandis que la seconde n’entraîne qu’amour et épanouissement. Il est donc tout à fait indispensable que l’éducation puisse nous encourager à trouver notre vocation, car toute chose faite avec passion suscite l’amour. L’amour de ce qu’on fait, seul élément capable de pouvoir nous éviter de tomber dans ce triste écueil qu’est celui du manque d’épanouissement, de l’ennuie, de la routine et de la frustration.

D’après Jiddu Krishnamurti, le sens de l’éducation est donc d’apprendre en partie par soi-même et de chercher des enseignements en lien avec nos centres d’intérêt étant basés eux-mêmes sur notre être profond. Pour être en accord avec soi-même et pour devenir un être au service de l’humanité, le cœur doit-y être, puis le corps et l’esprit suivront, mais l’essentiel étant le cœur.

Lien vers le livre “De l’éducation” de Jiddu Krishnamurti.