Image

Atelier autonome : maïs et motricité fine

Un épi de maïs, un récipient pour les grains de maïs et voici un atelier autonome sur le thème de l’automne ! Vous pouvez aussi installer lors de l’accueil une table avec 5-6 épis de maïs pour que les enfants travaillent la motricité fine tout en s’amusant ! Il faut juste penser à montrer à l’élève comment retirer un grain de maïs (entre le pouce et l’index) ainsi que retirer les premiers grains de l’épi de maïs car ils sont toujours plus difficiles à enlever et des élèves de maternelle risquent de ne pas y arriver (surtout les PS).
En parallèle, n’hésitez pas à laisser un épi de maïs au coin sciences.

Advertisements
Video

Maria Montessori, une femme d’exception (BBC)

Ci-dessous un document vidéo en anglais de la BBC (British Broadcasting Corporation) de 48 minutes sur la vie de Maria Montessori, une des femmes les plus célèbres dans le domaine de l’éducation.
Elle est connue pour avoir révolutionné (en partie) l’éducation en Italie mais aussi dans le monde.
Cette vidéo retrace son enfance, son adolescence, ses études, sa vie de femme, de mère et surtout sa vie professionnelle en tant que pédagogue.
À travers cette vidéo, on peut constater à quel point Maria Montessori avait un caractère exceptionnel, elle n’avait pas peur d’affirmer sa volonté et était ce qu’on peut nommer une travailleuse acharnée ou plutôt passionnée par la cause qu’elle défendait : celle des droits de l’enfant (et plus largement de l’éducation à la paix).
La qualité n’est pas top, mais le documentaire reste très juste et les témoignages sont intéressants.

Aside

Apprendre est l’essence de la vie (Krishnamurti)

4ème de couverture

De 1978 à 1983, Krishnamurti a adressé des lettres aux écoles qu’il a fondées en Inde, aux États-Unis et au Canada. Rassemblées ici dans leur intégralité, augmentées de dix-sept missives inédites rédigées entre 1968 et 1973, elles s’appuient sur la volonté qu’élèves et enseignants apprennent ensemble, aussi bien sur le monde que sur eux-mêmes.
Au fil de ces lettres apparaissent les principaux fondements de sa philosophie : aider l’élève à éveiller son intelligence et à établir avec l’enseignant une relation juste, ne pas penser en termes de compétition, tout en excellent dans ses études et sa vie quotidienne; comprendre la signification du mot “responsabilité”; savoir, enfin, “observer sans l’observateur”, vrai sens de toute la connaissance…
À l’heure du débat sur les méthodes d’enseignement, l’approche humaniste de Krishnamurti ouvre des pistes nouvelles.

jiddukrishnamurtibookLes chapitres :

Préface
Avertissement
Introduction
Avant-propos

  1. Une éducation totale
  2. La bonté
  3. Le loisir
  4. La peur
  5. Le savoir
  6. La responsabilité
  7. Apprendre
  8. Un changement radical
  9. La diligence
  10. La sécurité
  11. La compassion
  12. Les blessures psychologiques
  13. L’habitude
  14. La beauté
  15. La capacité
  16. Vision pénétrante et honnêteté
  17. Le désir et le désordre
  18. L’intégrité
  19. Les problèmes
  20. La position sociale
  21. La sensibilité
  22. L’égocentrisme
  23. L’art de vivre
  24. Les mots
  25. L’intellect
  26. La violence
  27. Les valeurs
  28. Les centres d’étude
  29. La survie de l’humanité
  30. La coopération
  31. L’intelligence
  32. Le mouvement de la pensée
  33. Connais-toi toi-même
  34. L’affection
  35. Regarder les faits
  36. Récompense et punition
  37. La communication
  38. S’éduquer soi-même
  39. L’efficacité
  40. Réfléchir ensemble
  41. L’attention
  42. La famille et la société
  43. L’immensité de la vie
  44. Prendre conscience
  45. L’enseignant
  46. La vulnérabilité
  47. L’intention
  48. L’engagement
  49. La vision
  50. Le choix
  51. Les limites du savoir
  52. L’humilité
  53. La médiocrité
  54. L’harmonie avec la nature
  55. L’essentiel est d’apprendre
  56. La tradition
  57. La culture
  58. L’obéissance
  59. Le conflit
  60. Travailler ensemble
  61. L’ordre
  62. La morale
  63. L’action
  64. Les préjugés
  65. Une autre éducation
  66. La liberté fondamentale
  67. La relation
  68. L’autorité
  69. La coercition
  70. La discipline
  71. Une vie saine
  72. L’ordre et la liberté

Quelques extraits que j’aime bien et que je partage avec vous afin de vous donner envie de lire ce livre qui contient une vision de l’éducation très humaniste.

Chapitre 3 – Le loisir
Une école est un lieu de loisir où l’enseignant et l’enseigné apprennent tous les deux. Telle est la caractéristique essentielle de l’école, apprendre.»

Chapitre 4 – La peur
L’éducateur ne doit pas éveiller la peur chez l’élève. Ce n’est pas là un concept car l’éducateur lui-même comprend, et pas seulement intellectuellement, que la peur, sous toutes ses formes, rend l’esprit infirme, entraîne la destruction de la sensibilité et un rétrécissement des sens.»

Chapitre 7 – Apprendre
L’école est un lieu où l’on apprend et pas simplement un lieu où l’on amasse des connaissances. Cela, il est vraiment important de le comprendre.»

Chapitre 10 – La sécurité
Après tout, une école est un endroit où l’élève est d’abord heureux, où il n’est pas brimé, où il n’a pas peur des examens et où il n’est pas forcé d’agir selon un modèle ou un système. C’est un endroit où l’on enseigne l’art d’apprendre. Si l’élève n’est pas heureux, il est incapable d’apprendre cet art.»

Chapitre 11 – La comparaison
Instruire, attirer l’attention sur un point, informer, sans l’influence corruptrice de l’autorité, telle est la fonction d’un véritable éducateur.»

Chapitre 13 – L’habitude
Dans une école l’enseignant est la personne la plus importante car c’est de lui ou d’elle que dépend le bien futur de l’humanité.»

Chapitre 17 – Le désir et le désordre
Quand on quitte l’école, on cesse d’apprendre et on continue de vivre sur son savoir acquis. Jamais nous ne pensons que toute la vie consiste à apprendre.»

=> Acheter “Apprendre est l’essence de la vie” de Jiddu Krishnamurti pour 7,10 euros.

Video

Histoire d’une enfant maltraitée

Ayant effectuée un remplacement de 3 semaines dans une CEA (Classe Éducative Adaptée), j’ai été confrontée à des enfants de 6 à 12 ans avec des troubles du comportement parfois très difficiles à gérer et un passé lourd (inceste, viol, maltraitance, malnutrition, négligence, alcoolisme parental, toxicomanie parentale).
Entre les insultes, les crises de violence, les objets lancés/cassés dans la classe, le refus de s’asseoir, la peur du travail et de l’échec, le retard dans les apprentissages, les multiples niveaux, le manque d’affection… je me suis vite sentie débordée et à bout émotionnellement.
Néanmoins cette vidéo que je trouve très touchante montre que ces enfants n’y peuvent pas grand-chose. Ils sont les premières victimes de leur comportement si instable.

Au passage, je tenais à dire que je respecte et j’admire vraiment les collègues qui travaillent en ITEP ainsi que les éducateurs d’enfants placés en foyer.

Video

La technologie ne remplacera jamais l’amour

Aujourd’hui pratiquement tout le monde possède un Smartphone, c’est même devenu un outil quasiment indispensable. Cet outil offre bien des avantages sur le plan social dont celui de nous permettre d’avoir une communication avec nos proches à l’autre bout du monde ou en déplacement.
Néanmoins, n’oublions pas pour autant que la technologie ne peut pas tout nous apporter. Aussi merveilleuse soit-elle, elle ne comblera jamais nos manques d’affection, de contact, et d’amour.
Enfin, la technologie ne se substituera jamais au rôle des parents… même si c’est parfois plus simple de mettre son enfant devant un écran, il ne faut pas pour autant que cela devienne une habitude !
La vidéo publicitaire thaïlandaise ci-dessous a pour but de nous sensibiliser (parents ou non) à ce que la technologie ne peut pas nous offrir, c’est-à-dire l’essentiel…

Paradoxalement pour visionner cette vidéo vous avez besoin de cette fameuse technologie, c’est le principe du vaccin 😉

Image

Les sciences naturelles de Tatsu Nagata (documentaires animaliers)

Immense coup de cœur pour cet auteur de littérature de jeunesse ! Le japonais Tatsu Nagata (il s’agirait en fait d’un pseudonyme utilisé par l’auteur français Thierry Dedieu né en 1955) est un scientifique renommé et connu pour être un expert mondial des mutations des batraciens. Ce scientifique vivant sur la petite île de Yaku au Japon a décidé de partager sa passion pour les sciences naturelles en rendant ses connaissances compréhensibles aux tout-petits (accessible dès la TPS sans soucis) afin de leur donner envie de protéger la nature.
tatsuphilosophieSes livres qui sont telles des encyclopédies animalières contiennent des textes clairs et intelligents. Ils apportent des informations scientifiques simples à comprendre sur les différents modes de vie des animaux tout en enrichissant le vocabulaire scientifique des enfants. Les illustrations qui complètent le texte sont humoristiques, minimalistes, avec de belles couleurs ainsi qu’un bon graphisme propre aux livres de Tatsu Nagata.

Ainsi vos enfants apprendront beaucoup en lisant ces livres, il y a une idée par page, par exemple pour l’escargot, ils découvriront que/qu’ :
– Il aime la pluie car elle l’aide à mieux respirer.
– Il se déplace lentement.
– Il pond ses œufs dans un trou.
– Il n’a pas d’os, c’est un mollusque.
– L’hiver, il reste dans sa coquille.
– Il est à la fois mâle et femelle.
– C’est un herbivore.
– Il sait grimper partout.
– Il laisse des traces de bave en se déplaçant.
– Il est le repas favori du hérisson et du scarabée.

De nombreux livres existent, dont deux recueils englobant plusieurs animaux :
Les petites bêtes de Tatsu Nagata (l’escargot, la fourmi, le hérisson, le ver de terre, l’araignée, la grenouille, la chouette).
Les grosses bêtes de Tatsu Nagata (la baleine, le crocodile, le gorille, l’ours, le loup, le lion, le requin).

D’autres livres existent, ce ne sont pas des recueils mais des albums présentant uniquement un animal (ou un dinosaure) à la fois, voici quelques exemples :

Quote

Pierre Rabhi : courte réflexion sur l’éducation

Réflexion de Pierre Rabhi sur l’éducation. Ce passage est issu du livre “Pierre Rabhi semeur d’espoirs” d’Olivier Le Naire.

L’éducation, au lieu d’être définie par rapport à l’épanouissement de l’enfant, au lieu de l’inviter à s’ouvrir, à comprendre le monde, est prédéterminée par l’idéologie d’une société qui doit fabriquer un être humain utile au système. Car il ne faut pas être hypocrite, c’est bien de cela qu’il s’agit. Or cette idéologie est essentiellement marchande ou, disons, monétariste. Le problème est aujourd’hui de savoir s’il peut exister une éducation qui chercherait uniquement à aider l’enfant à se comprendre lui-même. Hélas, ça ne se passe jamais comme ça, et chacun d’entre nous est passé par là. Je ne vois pas un musulman éduquer hors de l’islam, un chrétien éduqué hors du christianisme, un communiste éduqué or du communisme, un bouddhiste éduqué or du bouddhisme. Bref, tous ces éléments qui créent une idéologie collective. Bien sûr, lorsque, à l’école, on donne des outils et des moyens à l’enfant pour apprendre à lire, à écrire, à compter et à acquérir ce qui lui est nécessaire pour sa vie et sa survie, je trouve cela tout à fait noble. Mais très vite l’enseignement tombe dans l’arbitraire. Au lieu de réellement socialiser, de créer une fraternité, l’école produit de la compétition et de la domination. L’éducation devrait révéler l’enfant à lui-même dans sa spécificité, et non en faire un être standard.
Enfants heureux