Status

Apollyon

Près de l’abominable temple,
Pleut la foudre des préjugés,
Générés par les êtres étriqués,
Quémandeurs absurdes du peuple.

Êtres dotés d’une cupidité ample,
Plébiscitant l’étroitesse de la pensée,
Sépulture d’un monde condamné,
Névrosé et sans périples.

Sachez que ce monde est le nôtre,
Trépas de la liberté,
Témoignant de la médiocrité,
Ténébreuse de ces êtres.

Et dans ce monde nous croupirons,
Rongés par ces êtres infâmes,
Mesquins et adorateurs de ce dogme,
Meurtrier qu’est celui du démon.

Destruction (Thomas Cole - 1801/1848)

Destruction (Thomas Cole – 1801/1848)

(Poème de 4 strophes, rimes embrassées - Morgane Yvanna H)
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s